Le handicap en entreprise est physique ou sensoriel, le handicap psychique ou mental est hors champ...

Portrait de pascale.pourrier

S'il est plutôt facile d'intégrer une personne handicapée physique ou sensorielle, travailler avec une personne ayant un handicap psychologique ou psychique relève parfois d'un tout autre ressort ; très difficile à gérer au jour le jour.
RH et managers se sentent parfois totalement démunis et, sauf exception, excluent de travailler avec des personnes handicapées mentales.
Le handicap psychique reste tabou dans l'entreprise. Les recruteurs distinguent également le handicap visible du handicap invisible.

Si les personnes aveugles, en fauteuil roulant... sont facilement identifiables, il n'y a pas toujours de "signes" et la difficulté consiste à repérer et intégrer, le handicap qui ne se voit pas, plus important en nombre. 80 % des handicaps sont invisibles. Cela peut s'avérer très compliqué dans la mesure où les équipes et même le manager ne connaissent pas forcément la nature du handicap de la personne.
Alors que faire et comment faire ?

Pour ma part, je préconise le naturel et au delà des compétences qui priment pour un recrutement, il faut aborder avec le situation du candidat de manière simple avec naturel et lui demander ce dont il a besoin et comprendre son parcours de vie. Ce n'est bien sur pas des points à aborder d'entrée durant l'entretien mais à aborder absolument. Du côté candidat il devra pouvoir expliquer simplement son parcours et ses besoins. Dans le cadre d'un entretien ouvert et gagnant/gagnant il est rare de pas mieux comprendre les choses. Pas de tabou du côté du recruteur dans son questionnement (dans la limite du respect de la vie privée) et pas de crainte à s'exprimer de la part du candidat. Le candidat doit expliquer sa situation pour rassurer l'entreprise sur la capacité à faire ou ne pas faire. Plus de transparence sera bénéfique.

Mais nous ne sommes pas tous médecins ou psychologues et des intervenants missionnés par les services du SAMETH ou de l'AGEFPH/FIPHFP peuvent soutenir l'entreprise ou le candidat. Si la
personne a les compétences souhaitées, le savoir faire et le savoir être attendus, il ne faut pas rester bloqué dans sa décision et solliciter les aides humaines existantes pour un accompagnement vers la réussite.
Il y a de plus en plus de personnes atteintes d'handicap psychique ou psychologique il ne faut pas les laisser au bord de la route ou les écarter sous prétexte que l'on ne sait pas faire ou que l'on craint le pire... Nous pouvons tous être concernés pour le maintien dans l'emploi ou pour le recrutement. Il ne faut pas rester dans le non dit et solliciter l'aide de spécialistes.

U​ne sensibilisation au handicap de l'équipe de proximité et l'intégration au cas par cas restent un outil majeur pour la réussite du recrutement. Le handicap souffre toujours de nombreux préjugés et en particulier le handicap psychique.

Il y a 1 commentaire

Propulsé par Handi-cv.com
Conception et réalisation : Philippe Manaël